Aller au contenu
Accueil » Actualités financières & économiques » Marchés financiers, fait ou fiction ? Répondre aux opinions populaires du marché

Marchés financiers, fait ou fiction ? Répondre aux opinions populaires du marché

Après une année (2022) au cours de laquelle rien ne semblait aller dans le sens des investisseurs, 2023 a, jusqu’à présent, été tout le contraire. Les actions sont en hausse et les taux d’intérêt en baisse. La semaine dernière, nous avons reçu une forte dose d’informations fraîches sur ce que nous considérons comme les deux moteurs essentiels du marché cette année : la Fed et le marché du travail. Le résultat a été une nouvelle semaine de hausse pour le marché – sa quatrième au cours des cinq premières semaines de 2023.

Si cette récente reprise est à la fois bienvenue et raisonnable, nous ne pensons pas qu’elle doive être considérée comme la confirmation que la voie est libre.  Compte tenu de ce que nous avons appris la semaine dernière, voici nos dernières réflexions sur plusieurs idées reçues qui ont prévalu au début de l’année :

La Fed en fait trop avec les hausses de taux

La différence réside dans le contexte de la nécessité et du résultat global. Il a été nécessaire pour la Réserve fédérale de prendre des mesures agressives pour faire face à l’inflation élevée. Le resserrement de la politique monétaire, par le biais de l’augmentation des taux d’intérêt, a-t-il atteint un point qui pourrait potentiellement nuire à la croissance économique ? La réponse est oui. 

Il est important de noter que les effets de la politique monétaire mettent du temps à se manifester. Aurait-il été préférable que la Fed mette fin à ses actions plus tôt pour éviter un ralentissement économique ? Non. 

Certes, une politique monétaire accommodante qui soutient une croissance robuste du PIB serait préférable, mais ne pas prendre suffisamment de mesures fait courir le risque de relancer l’inflation, ce qui aurait des conséquences plus graves à long terme pour l’économie. En substance, la Réserve fédérale semble être prête à accepter une certaine douleur économique à court terme et à court terme afin d’éviter une situation similaire à celle du début des années 1980.

Il suffit de regarder le prix des œufs. L’inflation est toujours hors de contrôle

Distinguer la réalité de la fiction. S’il est vrai que les prix de certains biens, comme ceux utilisés dans la fabrication des omelettes, peuvent encore paraître élevés, un examen plus large des prix à la consommation montre une tendance plus favorable. Le fait est que l’inflation reste élevée, mais elle a considérablement diminué par rapport à son pic et devrait continuer à baisser pour atteindre un niveau plus gérable.

Plusieurs facteurs qui ont contribué à la flambée de l’inflation de l’année dernière se sont inversés, entraînant une nouvelle modération des prix à la consommation. Par exemple, les prix du pétrole ont diminué de 40 % par rapport à leur pic de l’année dernière. Les prix des voitures d’occasion ont commencé à baisser après une hausse sans précédent. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont été résolus, ce qui a entraîné une baisse significative de l’inflation des biens. En outre, le coût du logement diminue également à mesure que le marché immobilier se refroidit.

Les licenciements ne font que commencer, et la hausse du chômage entraînera une récession

Fiction, avec quelques réserves. Dans le scénario de base, on s’attend à ce qu’une récession légère se produise cette année, mais il est important de souligner l’aspect léger, car le marché du travail jouera un rôle essentiel dans la prévention d’un ralentissement plus grave de l’économie.

Bien que plusieurs aspects de l’économie se contractent ou tendent à le faire, le marché du travail n’a pas suivi. Le rapport sur l’emploi de janvier, publié vendredi, a montré que l’économie a créé un nombre remarquable de 517 000 emplois le mois dernier, dépassant de plus du double les prévisions du consensus. La progression de la masse salariale a été généralisée, avec des augmentations notables dans les secteurs des loisirs et de l’hôtellerie, du commerce de détail, de la fabrication, des soins de santé et de la construction.

Le dernier rapport sur le marché du travail est définitivement positif pour les consommateurs et l’économie. Toutefois, il est considéré comme trop tôt pour déclarer qu’une récession potentielle est annulée. Bien qu’il soutienne l’idée que le point de départ solide des conditions d’emploi se traduira par un ralentissement plus modéré, y compris une augmentation plus faible que la moyenne du taux de chômage, il complique également la tâche de la Fed.

Il n’est pas certain que la combinaison favorable de fortes créations d’emplois, d’un taux de chômage historiquement bas et d’une croissance modérée des salaires puisse être maintenue à long terme. On s’attend à ce que le marché du travail s’adoucisse à l’avenir.

Il y a trop de mauvaises nouvelles. L’endroit où il faut être, c’est sur la touche, avec des liquidités

Fiction. Bien qu’il existe encore des risques crédibles dans l’environnement d’investissement, l’histoire nous apprend que les moments qui semblent les plus difficiles peuvent créer les meilleures opportunités de marché. Malgré la forte hausse du marché sur une courte période, une certaine complaisance peut s’être installée. Cela peut paraître surprenant étant donné que les actions sont tombées dans un marché baissier l’année dernière et que les obligations ont connu la pire année de leur histoire. Toutefois, on pense que le sentiment récent du marché est devenu trop optimiste quant à l’évolution rapide de la Fed vers des baisses de taux (les marchés prévoient 0,50 % de baisses de taux de la Fed au cours du second semestre de cette année).

L’indice VIX, souvent appelé “indice de la peur” en raison de sa mesure de la volatilité du marché, est passé sous la barre des 18 la semaine dernière pour la première fois depuis plus d’un an, ce qui est nettement inférieur à l’indice moyen de 24 au cours des six derniers mois.

Le marché semble croire qu’au fur et à mesure que l’année à venir avance, les bases d’un nouveau marché haussier et d’une nouvelle expansion économique prendront forme. Les rendements des liquidités et des CD atteignant leurs niveaux les plus attrayants, la mise en œuvre d’une stratégie systématique d’investissement des liquidités excédentaires et des CD arrivant à échéance dans des portefeuilles d’actions et d’obligations à long terme devrait s’avérer fructueuse, offrant la possibilité de tirer parti à la fois d’une reprise plus large et des éventuels replis à court terme qui pourraient survenir.

5/5 - (2 votes)

📣 PARTICIPER AU DÉBAT - LAISSER UN COMMENTAIRE

Kucoin
Binance
Xeggex
NonKYC
CoinEx
OKX